Marie Vergne

Collection permanente – Au Duc de Richelieu

Biographie Marie VERGNE

Marie Vergne, peint, expose et nous ravit depuis plus de trente ans… Certains qui sont devenus des amis l’aiment et la suivent depuis ses débuts, d’autres vont pouvoir aujourd’hui entrer dans son univers si doux et si particulier, son « hymne à la vie, au bonheur et aux couleurs ».

Depuis toute petite fille, Marie s’inspire du vivant, de la vie simple et vraie… : « Ma peinture est figurative, je pars de la réalité pour aller vers le rêve et j’attache énormément d’importance aux détails ».

Souvenirs magnifiés, réalité qui se transforme en rêve, chaque détail a donc son importance et nous entraîne dans un monde tel qu’elle l’aime. Du rêve, de l’émotion, et toute sa sensibilité est ainsi transposée sur ses toiles.

En effet, c’est l’Art Naïf qui permet depuis toujours à Marie Vergne d’exprimer avec poésie des scènes de la vie de tous les jours, peuplées de chats… des forêts norvégiennes, sa deuxième passion après la peinture, dont elle a même fait l’élevage et qui entrent désormais avec malice dans toutes ses créations. « C’est un peu ma signature », dit-elle !

Et, d’un sujet quotidien, d’une maison aperçue lors d’une promenade, d’un souvenir de vacances…, Marie puise son inspiration et, détail après détail, la lumière et la poésie s’allument et se précipitent sous son pinceau. La richesse du temps passé sur l’œuvre se révèle et, petit à petit, colore la vie, réjouit nos sens, l’émerveillement nous emporte.

Fragilité, élégance et rêve animent ainsi les fêtes et fanfares, les réunions de famille, les jeux des enfants, les moments de paresse, les boutiques, les salons de thé, les bistrots, le Tour de France, les peintres, la mythologie, les maisons de lingeries fines, les maisons closes…
Tout, chez Marie, est prétexte à la création. Tout part de sa palette de couleurs choisies. Profondes, douces, sereines. Adaptées à son message d’artiste.

Dans un style proche des imagiers, les tableaux de Marie Vergne sont ainsi des histoires, des instants, dans lesquelles elle nous invite et nous transporte, où l’œil s’arrête sur des scénettes tendres, colorées et tellement vraies que l’on a l’impression de les avoir vécues, que l’on entend presque la musique, festive ou douce, toujours présente dans ses œuvres…

Le spectateur se cherche sans doute inconsciemment dans cette imagerie vivante. Le chat y est un prétexte, un témoin qui transpose notre sensibilité et notre émotion. C’est comme un voyage affectif dans le temps.

Et c’est bien là le propre de l’art de Marie… Ni totalement figuratives, ni franchement oniriques, ses œuvres naïves tout en pastel sont ainsi ouvertes aux souvenirs, aux interprétations et aux rêveries qui interpellent le spectateur autant que l’artiste.

Nous pouvons également citer les nombreuses présences muséales et expositions en France et à l’étranger de Marie, citons, sans vouloir être exhaustifs, New York, Paris, Aix-en-Provence, Courchevel, St Tropez, Vichy, Beaune…